Vincent

A propos de : Vincent

Dimanche 31 octobre, 9h00, nous allons à la gare maritime de la Bourse à Saint Malo, pour rejoindre le navire grande vitesse de la Compagnie Corsaire sur lequel nous devons embarquer, afin de suivre le départ de la Route du Rhum. 85 bateaux au départ, des monocoques, catamarans ou trimarans…,  cette édition renoue avec l’origine de la Route du Rhum qui ne donnait aucune limite dans la taille des bateaux. C’est ainsi qu’on peut voir se cotoyer des monocoques de 12 mètres avec des multicoques de 31,50 mètres, c’est le spectacle qui nous attend sur l’eau.

L’avant-départ

Suliac découvre les impressionnants bateaux de compétition

Suliac découvre les impressionnants bateaux de compétition

Il est 11h00 : sur le bateau, le commandant nous invite très vite à rejoindre le pont afin de profiter du spectacle à l’extérieur. Nous ne tardons pas à remonter les premiers concurrents avec en tête Idec de Francis Joyon, nous ne savons pas alors qu’il terminera 2ème derrière Franck Cammas… Le vent est soutenu, et stabilisé à 25 noeuds. Le commandant va de bateaux en bateaux jusqu’à 12h30 où on nous propose un planteur que j’accepte volontiers ! Nous allons nous positionner ensuite tout près du Pont Aven de la Brittany Ferries pour le départ de 13h02.

Un départ fantastique

Les 85 concurrents s’élancent, c’est majestueux. Très vite Groupama 3 arrive vers nous, et le bateau se positionne à son tribord, et à notre babord Gitana 11, avec un peu derrière Oman Air Majan. Le vent est encore soutenu mais commence déjà à mollir, et le spectacle est vraiment fantastique. Le premier changement de voile s’effectue pour Franck Cammas. Il déploie son gennaker, la plus grande voile avant, ce qui va l’occuper pendant dix bonnes minutes. Nous arrivons assez vite sur la bouée obligatoire de virement du Cap Fréhel, et nous laissons là les principaux multicoques.

Une nuée de bateaux accompagne Servane Escoffier, qui semble très heureuse de cette situation. Nous allons ensuite vers Défi Cancale de Gilles Lamiré qui passe un long moment à nous saluer. Puis, nous allons voir les principaux monocoques, 60 pieds puis 40 avant de faire route vers Saint Malo.

Enfin, le commandant qui était avec son équipage d’une grande disponibilité, propose à quelques guadeloupéennes à bord d’aller vers le monocoque skippé par leur compatriote. Le moment est très drôle, surtout lorsque le skipper sort son caméscope pour nous filmer !

Un moment mémorable

Nous avons passé 5 heures sur l’eau, avec des conditions de mer et de vent idéales pour un départ de Transatlantique. Suliac est très content d’avoir approché de près tous ces bateaux de compétition. Nous allons maintenant suivre au quotidien l’évolution de la course.